Parc national des Calanques
-A +A
Share

Culture et patrimoine

Des Calanques et des hommes

Château Pastré
Au sein de paysages grandioses qui abritent une exceptionnelle biodiversité, le Parc national des Calanques est aussi un territoire de cultures, comme en témoignent les nombreuses traces laissées par l’homme depuis des millénaires.

 

Un patrimoine remarquable et diversifié

Au cœur de ses priorités, le Parc national a notamment pour mission de protéger et de valoriser son patrimoine culturel. Sous cette appellation se trouve réuni le patrimoine matériel et immatériel, qui comprend de l’archéologie, de l’architecture, des bâtiments sanitaires, militaires, industriels, mais aussi des arts de vivre, des petits métiers, des légendes et des contes

Des vestiges désaffectés aux traditions qui perdurent, des pratiques ancestrales aux usages contemporains, de la géopolitique à l’économie, des sports à l’art, le patrimoine culturel des Calanques a façonné au fil du temps l’identité du territoire, celle d’une culture unique, à la fois méditerranéenne et provençale.

 

Une équation originale entre hommes et nature

Les premières traces de peuplement des Calanques trouvent leur emblème avec la grotte Cosquer, peinte au Paléolithique. Les premières vigies remontent ensuite au Moyen-Âge, comme celle de l’Escalette qui date du XIVe siècle : les Calanques forment en effet un appareil défensif naturel pour Marseille. C’est sous François Ier, puis sous Louis XIV, Napoléon et pendant la Seconde Guerre mondiale que s’élèvent de nombreux forts, et parmi eux le monument le plus connu du Parc national : le château d’If.

L’agriculture et l’élevage se développent dès le XVIe siècle, mettant à profit les grands espaces des collines pour aménager des restanques et faire paître des troupeaux de chèvres et de moutons. Puis les hommes s’installent durablement dans quelques fonds de calanques, y bâtissant un patrimoine typique : les cabanons, liés à la pêche qui se pratique encore aujourd’hui. Parallèlement se développe l’âge d’or du mode de vie bastidaire.

 

De l’exploitation industrielle à la préservation des sites

Du Moyen-Âge datent aussi les débuts de l’exploitation forestière, des fours à chaux et des charbonnières. Au XIXe siècle s’implantent carrières et usines : les Calanques, isolées, semblaient à l’époque idéales pour l’industrie. Ces ruines paraissent aujourd’hui atypiques dans un espace naturel, et y ont laissé des traces de leurs activités…

À partir des années 1900, les sites se désindustrialisent progressivement. 1897 voit la création du club de randonnée des Excursionnistes marseillais, et des premiers itinéraires de balades. La beauté des lieux est alors pleinement valorisée, notamment grâce à la peinture. La nécessité de préserver ce patrimoine exceptionnel aboutit enfin à la création, le 18 avril 2012, du Parc national des Calanques.