Parc national des Calanques
-A +A
Share

Le fort Géry

Un ouvrage militaire datant de Napoléon

© Parc national des Calanques
Magasin de munitions allemand, galeries souterraines, batteries… l’île Verte réserve de nombreuses surprises architecturales aux promeneurs. Parmi elles : la tour Géry ! Composante du patrimoine militaire de l’île, cette tour mérite que l’on conte son histoire…

 

L’île verte : une position militaire stratégique

Au large de La Ciotat, l’Île Verte occupe une position stratégique pour surveiller l’entrée du « golfe d’Amour », l’autre nom de la baie de La Ciotat. Le 3 septembre 1808, les Anglais en prennent possession et bombardent la ville de La Ciotat depuis ce poste avancé… Suite à cette mésaventure, les Français décident d’y renforcer leur stratégie défensive par une fortification générale de l’île, avec des batteries et des forts, et commencent la construction de ce fort, sur un point culminant de l’île. 

 

L’histoire de l’officier Géry

Vaincue à la précédente bataille, la flotte anglaise retente sa chance le 1er juin 1812. Elle rassemble neuf vaisseaux, trois frégates et deux corvettes, et vise un seul et même objectif : détruire tous les bâtiments militaires de l’île. Avec ses hommes, l’officier Géry parvient à mettre en déroute les ennemis, mais il y laissera sa vie. Les Français terminent la construction du fort en 1852 et la baptisent « tour Géry », en hommage à ce soldat héroïque.

 

L’une des dernières « tours réduits modèles » napoléoniennes

Le fort est construit d’après les plan-types de la « tour réduit modèle » conçue en 1811 par les ingénieurs de l’Empire napoléonien afin de remédier à la désorganisation des défenses côtières. Il s’agit d’une tour carrée dont les dimensions peuvent varier, mais dont l’organisation sur trois étages est fixe : citerne et réserves au rez-de-chaussée, puis espaces de vie de la garnison, et enfin toit terrasse permettant une surveillance visuelle à 360°.

 

Un vestige de la Seconde Guerre mondiale

Les vestiges visibles aujourd’hui témoignent aussi de transformations réalisées durant la Seconde Guerre mondiale. Lors de leur occupation de l’île, à partir de 1943, les Allemands arasent la partie haute de la tour et la recouvrent d’une couche de béton armé d’un mètre d’épaisseur. Cela ne la protégera toutefois pas d’un tir alliés qui y provoquera d’importants dégâts en 1944 !

 

Le saviez-vous ?

Sur 160 « tours modèles » prévues en France, seule une dizaine fut finalement construite. Il ne reste que trois tours-modèles de ce modèle (le n° 2) en France ! Il y a la tour Géry, qui a résisté en partie aux bombardements américains et arbore un toit troué depuis, le fort Saint-Jean à Châtelaillon en Charente-Maritime, et la tour de la presqu’île de Crozon en Bretagne.

Visite et réglementation

Avant toute sortie au Parc national des Calanques, préparez votre visite et consultez les bons gestes à adopter et les réglementations à respecter.

On peut découvrir l’île toute l’année, sauf en cas de fermeture des massifs pour cause de risque d’incendie.

 

Accès

L'île Verte est accessible en bateau depuis le Vieux-Port de La Ciotat entre avril et octobre. Plus d'informations sur le site de la navette. Puis suivre le sentier balisé de 2 km en partant de la calanque de Saint-Pierre.

 

 

Localisation

Coordonnées GPS : 43.159541, 5.618055