Parc national des Calanques
-A +A
Share

La grotte Rolland

Un patrimoine naturel et culturel dans les Calanques

© Parc national des Calanques
© Parc national des Calanques
Cette grotte, que le temps a lentement façonnée, a servi de refuge à de nombreux êtres vivants, dont l’être humain. Elle est située au pied du massif de Marseilleveyre, aux confins de l’ancien domaine de la campagne Pastré. Aujourd’hui très dégradé par les activités humaines, il est nécessaire de protéger ce lieu pour qu’il puisse continuer d’abriter une riche biodiversité.

 

L’eau, architecte de ce monde souterrain

Imaginez les millions d’années qu’il aura fallu à l’eau pour façonner patiemment cette immense cavité de 130 mètres de long ! Goutte par goutte, l’eau a creusé et construit cette cathédrale de calcaire, malheureusement dégradée par les amateurs de stalactites.

 

Un refuge antédiluvien

Abritée et offrant de l’eau, les hommes y ont de tout temps trouvé un gîte accueillant. C’est ici que la notion de Préhistoire est née dès le début du XIXe siècle ! Boucher de Perthes, un érudit de l’époque, y découvre des traces d’occupation humaines anciennes et avance l’idée inédite d’une humanité antérieure au déluge. Il fut alors traité de fou par ses confrères ! Les chercheurs actuels utilisent pourtant encore aujourd’hui une partie de ses méthodes d’étude.

 

Truandage et sorcellerie

La grotte tiendrait son nom d’un brigand du nom de Rolland qui, à la tête d’une bande, pillait et terrorisait la région au Moyen-Âge. Il aurait utilisé la grotte comme repère pour se cacher et pour entreposer son butin : il aurait amassé, paraît-il, une véritable fortune. Mais ce trésor n’a jamais été découvert…

Plus tard, au XVIIe siècle, la grotte aurait été utilisée comme lieu de cérémonie pour des rites sataniques ! Louis Gaufridy, moine de Saint-Victor et curé des Accoules, aurait notamment séduit et abusé sexuellement plusieurs bonnes sœurs, et les aurait conduites à ces messes noires. Pire, le magicien les aurait ensorcelées, et, possédées par le diable, elles auraient participé à des orgies cannibales ! Louis Gaufridy fut condamné par le Parlement de Provence et brûlé vif le 30 avril 1611…

 

Silence, ici on dort !

Les chauves-souris aussi apprécient cette grotte ! Son obscurité, son calme, ses volumes et sa température constante leur offrent un lieu de vie idéal qu’elles ne peuvent retrouver ailleurs. Parmi ses pensionnaires, le minioptère de Schreibers est le plus fragile. Parcourant lors de ses migrations des centaines de kilomètres par an, il a un besoin vital de retrouver chaque année ses gîtes d’étape entre son lieu d’hibernation et de reproduction… et du calme.

 

Les colocataires…

D’autres espèces ont élu domicile dans la grotte Rolland. Côté flore, la doradille ou scolopendre sagittée est une fougère acrobate ! Rare et protégée, elle a aujourd’hui disparu du porche de la grotte suite à des feux de camps répétés…

Côté faune, le duvalius est un coléoptère aveugle. À force de vivre dans l’obscurité du fond de la grotte, il a perdu le sens de la vue, devenu inutile. Mais, parfaitement adapté, il a développé son sens du toucher grâce à  de longues soies hyper sensibles pour survivre.

L’iule fétide est quant à lui un mille-pattes qui sécrète une odeur nauséabonde pour faire fuir ses prédateurs… Il est menacé et, prégnant dans l’atmosphère de la grotte, il est le témoin odorant du stress de cette population, induit par la forte fréquentation humaine.

 

« Maintenant, laissez-moi vous dire quel était ce Rolland dont la grotte porte le nom. Il y a bien bien longtemps, disent les gens du pays, une grande forêt de pins couvrait tous ces rochers. Le village de Montredon était isolé : une bande de brigands profita de cet état de choses et s’établit dans cette caverne, d’où elle fondait, comme une nuée de vautours, pour détrousser les passants, piller les monastères, désoler les hameaux. On resta bien des années sans pouvoir découvrir leur repaire, dont ils avaient parfaitement dissimulé l’issue. Les pauvres paysans tremblaient d’effroi au seul nom de leur chef Rolland. »

Marius Chaumelin

Visite et réglementation

Avant toute sortie au Parc national des Calanques, préparez votre visite et consultez les bons gestes à adopter et les réglementations à respecter.

La grotte Rolland se situe au piémont nord du massif de Marseilleveyre, qu’on peut découvrir toute l’année, sauf en cas de fermeture des massifs pour cause de risque d’incendie.

 

Accès

La grotte Rolland est interdite d’accès. Pour ne pas laisser disparaître un tel refuge et toutes les richesses qu’il abrite, protégeons-le ensemble en respectant sa fermeture et sa quiétude.

 

Localisation

Coordonnées GPS : 43.227216, 5.371275