Parc national des Calanques
-A +A
Share

Patrimoine militaire

De par leur rôle stratégique, les calanques et les îles ont été très tôt investies par les forces militaires.

 

De nombreux vestiges militaires

 

Le château d’If

Sur les flancs du mont Saint-Cyr, se trouve le castrum de Saint-Marcel. Bien qu’en ruine qu’aujourd’hui, il témoigne des luttes de pouvoir moyenâgeuses à Marseille.

Le château d’If, monument emblématique de Marseille, est en cœur de Parc national. Son histoire ? La voici : suite à sa visite de Marseille, François Ier donne ordre de construire une forteresse sur cette île stratégique de la rade. Il veut protéger l’entrée d’un port florissant de son royaume, mais aussi surveiller cette ville qui a plusieurs fois revendiqué son indépendance pendant le Moyen Âge. La construction débute en 1529. Il sert aussi de prison et est immortalisé comme tel par le roman d’Alexandre Dumas : « Le Comte de Monte Cristo ». Le château d’If fait aujourd’hui partie du Centre des monuments nationaux.

 

Château d'If © Pncal

Les batteries et les blockhaus

 

De nombreuses batteries et de blockhaus surveillaient la côte, de l’époque moderne jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. On les retrouve le long de la côte de la Pointe rouge jusqu’aux Goudes, puis disséminés dans les calanques. L’archipel du Frioul étant le lieu des derniers assauts donnés contre les Allemands, lors de la libération de Marseille en août 1944, on peut encore y apercevoir la violence du bombardement, notamment sur la batterie de Cavaux.

Blaukhaus © Pncal

Les sémaphores

Sémaphore de Callelongue © Pncal

Un certain nombre de vigies ont été installées sur les sommets du massif des Calanques au cours du temps. Du fait des progrès des moyens de communication de l’Antiquité jusqu’à nos jours, les vigies ont été de plus en plus espacées. En effet, si l’on a commencé à communiquer avec du feu et de la fumée, les chaînes de communication se sont dotées de pavillons (des drapeaux), du télégraphe aérien à bras articulés, puis du télégraphe électrique. Aujourd’hui le rayon de surveillance des sémaphores est très large, de sorte que sur les trois sémaphores présents dans le massif des Calanques (Callelongue, Frioul et Bec de l'aigle), seul celui du Bec de l’aigle est armé.