Parc national des Calanques
-A +A
Share
Le 05/11/2019
© Jackie Dozin, Sandrine Clerc et Denis Baranger
Une palanquée de Narval Plongée a récemment observé une Grande sphère transparente (GST) dérivant à 40 mètres de profondeur sur dans les eaux du Parc national des Calanques. Une rencontre du troisième type, aussi exceptionnelle qu’éphémère…

Mystérieuses sphères

Grandes poches transparentes, d’aspect gélatineux, de plus d'un mètre de diamètre et plantées en leur centre d’un cordon, les GST attisent depuis plusieurs années la curiosité des scientifiques et plongeurs… Sans avoir été totalement percé, leur mystère se révèle progressivement. Ces GST seraient en fait des sacs transparents contenant des milliers d’œufs de calmars. Ceux-ci sont d’ailleurs visibles sous la forme de petites particules blanches contenus dans la masse gélatineuse. Pour Delphine Thibault, chercheuse à l’Institut Méditerranéen d’Océanologie (MOI), « les conclusions concernant les GST doivent cependant être prudentes dans la mesure où les connaissances scientifiques sur la reproduction des calmars restent parcellaires ».

© Jackie Dozin, Sandrine Clerc et Denis Baranger
© Jackie Dozin, Sandrine Clerc et Denis Baranger
© Jackie Dozin, Sandrine Clerc et Denis Baranger

Rares moments de grâce

La rencontre avec une GST est un moment rare mais pas inédit. Dans les 10 dernières années, les palanquées de Narval Plongée ont reporté quatre rencontres de ce type dans les eaux du Parc national des Calanques : à Morgiou, à la Pointe Cacau, à Castelvieil et enfin aux Impériaux la semaine dernière. Cette fois-ci la palanquée n’était pas équipée d’appareil et n’a pas pu ramener de clichés.

Fin octobre, une observation similaire était faite en Norvège. Toujours selon Delphine Thibault, « la tendance vers l’augmentation des observations tient surtout dans le fait que les plongeurs sont de plus en plus nombreux. Mathématiquement, les rencontres entre les GST et les humains augmentent mais elles restent un événement.»

La rareté des rencontres s’explique par les profondeurs importantes dans lesquelles les GST dérivent mais aussi dans la fugacité du phénomène… L’éclosion des sphères survenant en effet après seulement deux ou trois jours.

Que faire en cas de rencontre ?

Si vous avez la chance de croiser le chemin d’une GST, merci de respecter son intégrité. Tout prélèvement est à proscrire dans la mesure où il présente un risque. La prise de photos macro et le recueil de données liées à la rencontre (la taille de la sphère, profondeur, température de l’eau…) sont  en revanche encouragés pour faire avancer les connaissances.