Parc national des Calanques
-A +A
Share
Le 10/12/2020
Le conseil d’administration du Parc national s’est réuni ce matin en visioconférence. Les principales délibérations ont concerné : l’approbation du budget initial 2021 ainsi que l’adoption de la stratégie d’accueil et du schéma global d’organisation des mouillages. Un débat d’orientation s’est également tenu sur l’hyper-fréquentation du territoire.

Approbation du budget initial 2021

Le budget initial 2021, d’un montant de 6 565 242 euros, a été adopté à la majorité. Dans un contexte de visibilité faible due à la crise sanitaire, il s’agit d’un budget de reconduction (en légère baisse [-2%] par rapport au budget initial de 2020) qui doit permettre de mener à bien les actions dont la réalisation a été perturbée en 2020 et d’en engager de nouvelles.

Le budget s’inscrit dans un plan d’action annuel qui donnera la priorité aux actions concrètes de terrain :

  • poursuite du programme LIFE Habitats Calanques,
  • travaux de rénovation de la villa Michel Simon,
  • aménagement paysager du Cap Croisette,
  • maîtrise d’œuvre et travaux du sentier du Portalet,
  • maîtrise d’ouvrage et travaux de l’aire de stationnement de la Gineste,
  • premiers équipements et règlementations du schéma global d’organisation des mouillages, et du schéma de cohérence des sports et loisirs de nature.

Le plan d’action 2021 abordera également de façon innovante et pragmatique la question de la régulation de la fréquentation.

Le budget initial 2021 sera complété par les financements du Plan de relance de l’Etat. Le volet biodiversité de France relance constitue une réelle opportunité pour financer des projets de transition écologique du territoire. 1,7 million d’euros pourrait ainsi bénéficier aux Calanques.

Inquiétude autour des ressources humaines

Les ressources humaines affectées au Parc national sont très en deçà des besoins du territoire des Calanques, confronté à une multiplicité d’enjeux et de pressions. En résulte notamment un malaise grandissant au sein des équipes. En conséquence, le Parc national des Calanques demande à son ministère de tutelle la création de 2 postes permanents supplémentaires. Cette demande est fortement appuyée par le conseil d’administration.

Alors que le projet de loi de finances prévoit la suppression de 13 emplois pour les parcs nationaux, le conseil d’administration n’acceptera aucune baisse pour les Calanques et alerte sur la nécessité de garantir aux parcs nationaux les ressources suffisantes à l’exécution de leurs missions, si importantes pour le présent et l’avenir de notre société.

Approbation de la stratégie d’accueil

La stratégie d’accueil du Parc national des Calanques a été adoptée à l’unanimité.

Ce document cadre, co-construit avec l’ensemble des partenaires du Parc national, trace les grandes lignes pour faire du territoire des Calanques un espace de nature ouvert et préservé offrant un accueil de qualité, à la hauteur de ses richesses patrimoniales.

La stratégie d’accueil guide la conception et la mise en œuvre de schémas opérationnels du Parc national : schéma d’organisation des mouillages (voir point 4.), schéma d’accès, schéma de cohérence des sports et loisirs de nature, schéma d’interprétation des patrimoines (prochainement soumis à validation du conseil d’administration). La stratégie d’accueil vise également à influencer les stratégies touristiques des collectivités et des acteurs économiques du territoire.

Elle repose sur 5 principes d’actions :

  • Apporter des réponses fortes et rapides, notamment afin de répondre à des points de souffrance clairement identifiés en lien avec la sur-fréquentation du territoire.
  • Développer un accueil de qualité à la hauteur du territoire, notamment en développant une offre de services adaptée (transports, toilettes, points d’accueil des publics, etc.).
  • Organiser l’accueil à partir des fonctions du territoire, notamment en distinguant des zones de quiétude et des zones d’accueil.
  • Gérer et réguler les flux, notamment en se dotant d’outils permettant de maîtriser le niveau de fréquentation et en organisant les pratiques sportives de manière cohérente.
  • Co-construire l’accueil « Parc national des Calanques », notamment grâce à un partage des enjeux du territoire entre les acteurs institutionnels et économiques.

Débat d’orientation sur l’hyper-fréquentation

Dans la continuité directe des orientations retenues par la stratégie d’accueil, l’établissement du Parc national des Calanques a lancé au printemps une mission interne dédiée à la question de l’hyper-fréquentation. Cette démarche vise à proposer, dès la saison 2021, des premières mesures expérimentales sur des sites pilotes du territoire.

Une note produite dans le cadre de cette mission, présentée ce jour au conseil d’administration, permet de disposer d’un cadre méthodologique pour aborder la question délicate de l’hyper-fréquentation. Le contenu de la note :

  • collecte et interprète les données de fréquentation disponibles (mise en évidence d’une augmentation constante de la fréquentation terrestre depuis 2010),
  • analyse les enjeux et problématiques liés à l’hyper-fréquentation,
  • rassemble des éléments d’analyse comparée aux échelles nationale et internationale
  • analyse les moyens et leviers d’action à disposition du Parc national et de son conseil d’administration.

Les principaux points à retenir de ce débat d’orientation sont :

  • La gravité de la situation et l’urgence d’agir. La saison touristique 2020 a révélé à tous les acteurs du territoire les impacts négatifs de la surfréquentation sur le territoire. Des actions doivent être mises en place rapidement.  
  • Les Calanques ne sont pas un cas isolé… de nombreux autres espaces naturels sont confrontés à cette problématique, en particulier suite à la crise sanitaire. Des sites, jusqu’ici préservés et peu attractifs, ont également enregistré des pics de fréquentation importants cet été.
  • La nécessité de disposer des moyens humains suffisants sur le terrain pour accueillir convenablement les visiteurs et assurer leur sensibilisation.
  • La nécessité de déployer des moyens en termes de sécurité publique pour gérer les situations difficiles comme à Sormiou.
  • Le renforcement attendu de l’engagement des collectivités. Les communes, le Département, la Région et les offices de tourisme doivent travailler de concert pour cadrer leur communication autour du territoire des Calanques et réorienter les visiteurs vers des espaces naturels moins sensibles et les périodes « hors saison ».
  • L’encadrement renforcé des tournages. La pression médiatique est forte sur les Calanques, notamment au printemps et à l’été où de nombreux reportages sur les Calanques sont diffusés à la télévision. Le Parc national doit réfléchir aux moyens de renforcer sa doctrine sur l’accueil des tournages.
  • Le besoin de repenser les modalités d’accès au Parc national. Le Parc national des Calanques doit se mériter et les voitures doivent être retirées du cœur de l’espace naturel, le cas du littoral Sud de Marseille a notamment été évoqué.
  • La nécessité de formuler des réglementations adaptées à chaque type d’acteurs et d’usagers du territoire.

Approbation du schéma global d’organisation des mouillages

Après une année de concertation large avec les acteurs maritimes, et en lien étroit avec les autorités de l’Etat et les collectivités, le conseil d’administration du Parc national a adopté à l’unanimité le schéma global d’organisation des mouillages.

Déclinaison de la stratégie d’accueil, le schéma global d’organisation des mouillages est un document de référence pour le devenir de l’accueil dans les Calanques de l’ensemble des activités nautiques sur l’espace maritime du Parc national, du Frioul jusqu’à Saint-Cyr sur Mer.

Il ambitionne de réconcilier évolution des pratiques nautiques et préservation des milieux marins, des paysages littoraux et du caractère du territoire. Il s’inscrit en cela dans les objectifs exigeants de préservation des herbiers de posidonie, habitat-clé de Méditerranée, fixés en juin 2019 par le préfet maritime.

Ce document stratégique regroupe 49 mesures. Il fixe un cadre cohérent à l’action publique en matière d’organisation des activités nautiques à l’échelle de l’ensemble du territoire. Ce cadre se veut à la fois engageant pour les autorités de l’Etat et des collectivités locales, mais aussi lisible dans ses objectifs pour les usagers des espaces marins du Parc national des Calanques.

Parmi les mesures « phares » du Schéma global de mouillage, sont notamment prévus :

  • le recul vers le large (au-delà de la limite des herbiers de posidonie) du mouillage des grands navires (plus de 24 m de longueur) ;
  • la concentration du mouillage sur zones sableuses dans plusieurs sites : autour du Frioul, autour de la Pointe Rouge, au Nord de Riou, en baie de Cassis et de La Ciotat ;
  • le passage d’un mouillage libre sur herbier à un mouillage obligatoire sur bouées, dans les sites où les zones sableuses sont insuffisantes : Ouest Pomègues, Sormiou, Morgiou, baie de La Ciotat ;
  • l’interdiction de tout mouillage dans les calanques emblématiques et saturées d’En Vau et de Port Pin ;
  • l’interdiction du tirage à terre des kayaks en fond de calanques et la mise en place, en alternative, de fleurs d’amarrage ;
  • la mise en place d’un conseil consultatif de mouillage et d’un outil nomade et géolocalisé d’information du public sur la nouvelle réglementation.

Les mesures de ce schéma ont vocation à être mises en place en deux étapes :

  • dès 2021 pour les premières mesures : réglementations relatives aux grands navires et aux sites d’En Vau et de Port Pin notamment ;
  • à l’horizon 2024 pour la seconde étape : mise en place des zones de mouillage sur bouées et fin du mouillage sur herbiers sur les sites identifiés.

Le Parc national accompagnera la mise en œuvre de l’ensemble des mesures inscrites au schéma et mobilisera, le cas échéant, les financements publics disponibles sur leur réalisation.