Parc national des Calanques
-A +A
Share
Le 09/10/2020

Il y a un mois se tenait la 17ème édition de l'opération de sciences participatives "Des Espèces Qui Comptent", organisée comme chaque année par la Fédération Française d'Etudes & de Sports Sous-marins dans les eaux du Parc national des Calanques. Cette année, de nouveaux records ont été atteints pour le comptage des Mérous et des Corbs. Du côté des Grandes nacres, les nouvelles sont en revanche beaucoup plus tristes...

Mérou brun

Avec 268 mérous comptabilisés pour 15 sites prospectés et 180 plongées réalisées, la 17ème édition montre la plus grande concentration de mérous par site prospecté et par plongée. Seule l’édition 2016 avait dénombré plus de mérous (300 individus) mais 35 sites avaient alors été prospectés et 319 plongées réalisées.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce record : les effets continus du moratoire et des zones de non prélèvement du Parc national, l’effort de lutte contre le braconnage sur le territoire des Calanques, l’effet du confinement pendant lequel le milieu marin a connu une période de quiétude inédite.

Corbs

Le nombre de corbs comptabilisés est le plus élevé jamais enregistré depuis le début de l’opération Des espèces qui comptent. Il confirme la pertinence de la mise en place du moratoire sur cette espèce fragile.

Grandes nacres

Depuis 2016, la grande nacre est victime d’un parasite mortel qui atteint l’espèce à l’échelle de la Méditerranée. Malheureusement, aucun individu n’a été retrouvé vivant dans les eaux du Parc national lors de cette édition de l’opération.