Parc national des Calanques
-A +A
Share
Le 08/12/2022
Gorgone rouge (Paramuricea clavata) nécrosée sous l'effet de la canicule marine de l'été 2022
Gorgone rouge (Paramuricea clavata) nécrosée sous l'effet de la canicule marine de l'été 2022
A l’occasion de la journée mondiale du climat, le Parc national des Calanques revient sur son engagement sur l’étude et l’adaptation au changement climatique en mer, avec le projet européen Interreg Med MPA Engage, qui a pris fin cet été, après 2 ans et demi de travail novateur et dont les actions se poursuivent aujourd’hui.

Un observatoire marin du changement climatique

Par le biais du projet MPA Engage, le Parc national a lancé un véritable observatoire du changement climatique au niveau local. Ce dernier s’articule à l’échelle méditerranéenne grâce à la participation de sept autres Aires Marines Protégées au projet MPA Engage, elles aussi sentinelles du changement climatique.

Des protocoles de suivi standardisés sont appliqués par les agents du Parc national et leurs partenaires autour des principaux impacts du changement climatique : l’augmentation de la température de la mer, les changements dans la distribution des espèces, l’évolution des ratios entre espèces sensibles à la température, les évènements épisodiques et les changements phénologiques.

Le Parc national s’appuie également sur l’initiative « POLARIS », plateforme développée par l’association Septentrion Environnement, pour impliquer les plongeurs locaux dans le suivi de ces impacts du changement climatique. Vous êtes intéressés par cette démarche ? Alors n’hésitez pas à vous renseigner !

L’adaptation au changement climatique : une nouvelle vision de la mer

Dans le sillage du projet MPA Engage, le Parc national des Calanques travaille actuellement à l’élaboration d’un plan d’adaptation au changement climatique en mer avec l’objectif de mener une gestion intégrée et adaptative de son territoire. L’idée de ce document est d’interroger le territoire, les actions entreprises pour le préserver et les activités qui s’y déroulent à l’aune du réchauffement climatique pour dégager des leviers d’actions.

Les capacités d’adaptation et d’atténuation du changement climatique des espèces et des écosystèmes sont fragilisées par leur exposition à différentes pressions humaines : pollution, pêche, mouillage, etc. En d’autres termes, les espèces et les écosystèmes sont peu résilients aux perturbations climatiques dans la mesure où leur seuil de tolérance est déjà franchi en raison d’autres pressions anthropiques : c’est ce qu’on appelle le cumul des pressions.

Les activités humaines sont elles aussi perturbées par le réchauffement climatique : la redistribution des espèces ou la prolifération des espèces invasives peuvent ainsi perturber les activités de pêche, telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Cette double menace, sur la biodiversité et les activités humaines, ravive l’intérêt de maintenir et de restaurer des écosystèmes en bon état écologique en accompagnant les activités humaines qui s’y exercent, et en promouvant des bonnes pratiques.

Ce plan d’adaptation, toujours en cours d’élaboration, fédèrera des mesures de gestion en cours (à l’exemple de la mise en place de zone de mouillage écologique pour préserver les Herbiers de Posidonie du mouillage des bateaux) mais aussi des pistes d’action nouvelles afin d’augmenter la capacité d’adaptation du territoire et contribuer à diminuer son empreinte carbone. Ce plan d’adaptation sera présenté au conseil d’administration du Parc national au premier semestre 2023.

Devenez incollable sur le changement climatique en mer !

Tout au long du projet, des outils de sensibilisation ont été développé pour communiquer sur le changement climatique en milieu marin et en méditerranée, car il ne se manifeste pas seulement à l’autre bout du monde, ses effets sont aussi visibles ici, sur nos côtes, sur des espèces et des habitats que vous affectionnez, il suffit de mettre la tête sous l’eau pour le constater !

  • Le livret Méditerranée en ébullition a été réalisé et traduit pour l’ensemble des pays méditerranéens partenaires du projet, en tout qu’outil de médiation et d’approche du sujet.
  • Des plaquettes étanches sur la mortalité des invertébrés et sur les poissons méridionaux et tropicaux ont été  spécialement été développées : elles incitent les plongeurs et les pêcheurs à déclarer toute détection de mortalité d’invertébrés ou d’espèce nouvelle.
  • Des podcasts ont été enregistrés avec Radio grenouille pour donner la parole à des acteurs locaux (plongeurs, scientifiques, pêcheurs) sur leurs perceptions du changement climatique et des changements en cours.
  • Une exposition photographique a enfin été créée : elle révèle les principaux impacts du changement climatique sur le milieu marin, que ceux-ci soient déjà observés dans les Calanques ou à venir, expansion des phénomènes à l’œuvre dans l’Est de la Méditerranée, et illustre les suivis scientifiques mis en œuvre pour comprendre et documenter les dynamiques en cours.