Parc national des Calanques
-A +A
Share

Archipel du Frioul

Château d'If © Patrick Guzik

 

Silhouette de calcaire au large de Marseille, l’archipel du Frioul pointe vers la côte les reliefs aigus de ses quatre îles : Pomègues et Ratonneau, If et Tiboulen. La formation géologique ancienne de ces îles est étroitement liée à celle du continent et de Massalia. A l’ère quaternaire, un isthme les reliait à la terre.

L’archipel, dont le point le plus proche est situé à 2 km environ du continent, est bien visible dans le paysage maritime de la cité phocéenne par son volume rocheux, éclatant de blancheur.

Le caractère affirmé des îles ainsi que leur relief tourmenté font de l’archipel du Frioul un site emblématique : calanques, plages et criques sablonneuses, à-pics impressionnants, lumière, transparence de l’eau…

Le microclimat du site engendre une flore originale, adaptées aux conditions d’aridité qui le caractérisent. Le mistral est le grand acteur de l’archipel : il sculpte, ronge, ordonne…

Ces quatre îles offrent un paysage végétal clairsemé, irrégulier, sur des rochers blancs immaculés. On y trouve des espèces « communes » au continent comme les coquelicots, la valériane rouge ou bien encore le tamaris, le pin d’Alep, le romarin, le thym et le chèvrefeuille. Les lieux sont également un refuge pour la biodiversité, notamment pour de nombreux oiseaux marins comme le puffin cendré, le puffin yelkouan, l’océanite tempête, le cormoran huppé et le goéland leucophée (le « gabian » des Provençaux).

 

Un peu d’histoire…

 

Ruines de l'hôpital Caroline © CEN PACA

 

Depuis toujours, l’histoire des îles est intimement liée à celle de Marseille. Par sa position stratégique d’avant-port, les îles du Frioul ont eu un rôle primordial dans l’organisation défensive de Marseille, ou dans l’attaque contre celle-ci. En plus de former un des plus grands complexes sanitaires de quarantaine de la Méditerranée destiné à protéger les habitants de la ville, au travers de l’hôpital Caroline sur Ratonneau, ou d’être une escale pour les marins de Méditerranée, les îles constituaient une sentinelle vigilante pour surveiller la rade sud marseillaise.

En 1971, une grande partie de l’Archipel du Frioul est cédée à la Ville de Marseille par l’armée. Dès lors, le développement urbain et économique est enclenché, notamment par la création du village de Port Frioul en 1974. En 2014, la ville de Marseille a cédé les 136 ha d’espaces naturels terrestres au Conservatoire du Littoral pour en assurer la gestion et la préservation.

La ferme aquacole, située sur l’île de Pomègues, élevant des loups (bars) et des daurades a été reconnue première ferme biologique mondiale.