Parc national des Calanques
-A +A
Share

Plaisance

 

À partir du XIXe siècle et plus encore du XXe siècle, l’usage agricole puis industriel des calanques cède le pas à des usages de loisirs. Grâce à 300 jours d’ensoleillement par an et à des vents régulièrement présents, la plaisance connaît dans les baies et les calanques un fort développement. La voile habitable, le dériveur, le catamaran, la planche à voile et, plus récemment, le kitesurf se sont progressivement installés dans ces paysages.

La tradition des régates remonte au XIXe siècle et perdure avec le maintien de compétitions désormais traditionnelles (les Voiles du Vieux-Port, le Vire-vire, la Semaine nautique internationale de Méditerranée) ou plus récentes.

Les sociétés nautiques se sont, dès le début du XXe siècle, fortement impliquées dans la protection de l’environnement et la défense des calanques.

Aujourd’hui, le kayak de mer, le canoë et le paddle-board sont des moyens ludiques, et parfois insolites, en plein essor pour découvrir le patrimoine marin et littoral des calanques ou des îlots des archipels proches de la côte.

Le climat, la beauté des sites et la présence de plus de vingt ports ou abris dans ou à proximité du Parc entretiennent également l’attractivité de la pratique du motonautisme et celle du jet-ski.

Ces facteurs expliquent le très fort ancrage culturel des pratiques nautiques dans le périmètre du Parc national des Calanques, au travers desquelles la mer est souvent vue comme un espace de conquête de libertés.

Ces pratiques doivent néanmoins être rendues conciliables avec la préservation des milieux marins et littoraux.