Parc national des Calanques
-A +A
Share

Etude des fréquentations

Touristes à Soubeyranes © Benjamin Durand

 

Connaître la fréquentation du Parc national, en quantité comme en qualité, pour mieux gérer les flux et les impacts

 

En marge de la 2e métropole de France, fréquenté depuis des siècles par les habitants (chasse et cueillette puis agriculture et élevage puis industries et extraction puis loisirs et détente), devenu depuis peu destination touristique internationale en phase avec l’affirmation de la région marseillaise, le Parc national des Calanques est sans aucun doute le Parc national qui reçoit le plus de visites et de visiteurs en France. Pourtant c’est aussi le plus petit et l’un des plus fragiles, avec un milieu méditerranéen littoral sec particulièrement sensible.

Des millions de visiteurs, partout, à terre comme en mer, toute l’année, qui plus est directement en cœur de Parc du fait de la quasi-inexistence d’aire d’adhésion : un cocktail qui pourrait s’avérer explosif à terme, du fait du surcroît d’attractivité lié au label « Parc national ». D’où l’enjeu pour le Parc d’approfondir la connaissance de ses publics, de leurs comportements et de leurs attentes.

En partenariat avec Bouches-du-Rhône Tourisme, une enquête de fréquentation a donc été lancée début 2016, en deux volets :

Randonneurs © Pncal
  • Un volet « quantitatif » qui permettra d’évaluer les grandes masses d’usagers, dans le temps et dans l’espace, via l’analyse big data de leurs connexions en téléphonie mobile (« accrochage » ou non à une antenne relais) : ce volet de l’étude a été confié à Orange qui développe depuis quelques années un dispositif adapté, Flux Vision Tourisme, garantissant à la fois l’anonymat des données et leur exploitation.

 

  • Un volet qualitatif, basé sur les données quantitatives fournies par Flux Vision Tourisme, qui permettra de différencier les différents types d’usagers du Parc (promeneurs, randonneurs, grimpeurs, plaisanciers, plongeurs, pêcheurs, touristes, etc.) via un sondage en ligne et des enquêtes de terrain. Ce volet a été confié à un cabinet d’enquête spécialisé, qui traitera là encore les données anonymement et en réalisera l’exploitation.

L’échéance prévue pour le résultat final de ces deux volets d’enquête est fin 2017. Mais des résultats partiels seront disponibles tout au long du processus et communiqués aux principaux partenaires du Parc national.