Parc national des Calanques
-A +A
Share
Le 04/02/2019
Nidification de cormoran huppé de Méditerranée © Bertrand Gubert PNCal
C’est la saison des naissances dans les Calanques ! Les gardes-moniteurs du Parc national ont observé la naissance de 3 bébés cormorans huppés. Ces naissances sont une excellente nouvelle : le cormoran huppé est une espèce protégée qui ne nichait plus sur le littoral français. Elles consacrent aussi l’efficacité de la collaboration engagée entre le Parc national et les pratiquants de l’escalade. D’autres oiseaux, comme le faucon pèlerin ou la chevêche d’Athéna, couvent aussi leurs petits en ce moment… Afin de donner toutes leurs chances aux oisillons de prendre leur envol, plusieurs voies d’escalade sont temporairement fermées : amis grimpeurs, reportez-vous au document en fin de page pour consulter le calendrier des fermetures !

Naissance de petits cormorans huppés de Méditerranée

De novembre à mai, c’est la période de reproduction du cormoran huppé de Méditerranée, aussi appelé Cormoran de Desmarest. Espèce protégée, dont la population et la dynamique démographique sont faibles, le cormoran huppé était connu pour bouder le continent au profit d’îles et ilots moins fréquentés de l’Homme… Mais les choses ont commencé à évoluer au printemps 2018, quand une naissance a été constatée sur le littoral des Calanques : une première en France ! Les trois naissances de cette année sont le signe que l’espèce rencontre dans les Calanques des conditions écologiques favorables et que les mesures de protection prise en concertation avec la communauté des grimpeurs ont porté leurs fruits. Au-delà de ces naissances exceptionnelles, d’autres espèces emblématiques des Calanques comme le faucon pèlerin ou la chevêche d’Athéna s’apprêtent également à donner naissance à leurs petits.

Suivi des nidifications par les agents du Parc national

Afin de connaître et de protéger les sites de nidification des cormorans huppés de Méditerranée, les gardes-moniteurs effectuent un suivi de novembre à mai, deux fois par mois, si les conditions météo le permettent. Le suivi est effectué depuis la mer car le cormoran huppé niche sur les falaises maritimes, à proximité de l’eau et du poisson dont il se nourrit. En observant les trous et anfractuosités des falaises à l’aide de jumelles, les gardes-moniteurs vérifient si les nids répertoriés sont occupés, si des femelles y couvent et dénombrent les oisillons qui y sont nés. Les sites de ponte sont référencés depuis 1999, date de la première observation sur le territoire.

Suivi des nidifications par les agents du Parc national © Céline Bellanger PNCal
Suivi des nidifications par les agents du Parc national © Céline Bellanger PNCal
Les nidifications du cormoran huppé sont recencées depuis 1999 © Céline Bellanger PNCal
Face nord de l'île de Riou © Céline Bellanger PNCal
Le Petit Congloué © Céline Bellanger PNCal
Nidification de cormoran huppé

Des voies d’escalade temporairement fermées

Le suivi de la reproduction des oiseaux permet aux agents du Parc national d’identifier les mesures de protection nécessaires, comme la fermeture temporaire de certaines voies d’escalade, permettant d’éviter les dérangements humains. Car pour mener à bien la couvaison et le nourrissage des petits, les oiseaux ont besoin de calme ! Effrayés par une présence humaine trop proche, certains oiseaux peuvent abandonner leurs nids laissant ainsi les œufs se refroidir ou les oisillons mourir de faim. Le calendrier des fermetures des voies d’escalade est ajusté chaque année. L’arrêté téléchargeable ci-dessous récapitule les secteurs et voies d’escalades concernés. Merci à tous pour votre collaboration !