Parc national des Calanques
-A +A
Share
Le 25/09/2017
Île Verte © PNCal

Magasin de munitions allemand, galeries souterraines, batterie… l’île Verte réserve plusieurs surprises à quiconque ose suivre le sentier balisé de 2 km partant de la calanque Saint-Pierre. Parmi elles : la tour Géry ! Composante du patrimoine militaire de l’île, cette tour mérite que l’on conte son histoire…

 

De la tour-modèle n°1 à la tour Géry

Suite à  une attaque anglaise le 3 septembre 1808, les Français décident d’installer des batteries côtières dans la rade de La Ciotat. Ils commencent alors à édifier une tour-modèle n°1* sur un point culminant de l’île Verte, en 1811, pour protéger deux batteries, mais manquent de fonds pour achever les travaux.

Perdante de la bataille précédente, la flotte anglaise retente sa chance le 1er juin 1812. Elle rassemble 9 vaisseaux de lignes, 3 frégates et 2 corvettes, et vise  un seul et même objectif : détruire tous les bâtiments militaires en cours de construction. Autant dire que les 25 Français en poste sur l’île ont peu de chance... Heureusement, 100 hommes viennent en renfort à 4 h du matin et repoussent les envahisseurs.

Les Français terminent la construction de la tour-modèle n°1 le 7 juin 1852 et la baptisent « tour Géry », en l’honneur de l’officier qui a résisté et repoussé les ennemis.

 

Fini le temps de paix

Dès 1943, les Allemands mettent fin au calme revenu sur l’île Verte depuis l’intrusion anglaise. Ils investissent l’île et transforment la tour Géry en poste de commandement. Ils l’arasent et la recouvrent d’un toit en béton armé, mais cela ne suffit pas à arrêter les Américains… 

Equipés de bombes de 600 kg, les Américains bombardent l’île le 13 août 1944, à 10 000 m d’altitude, avec une précision étonnante à l’époque. Ils provoquent d’importants dégâts aux installations ennemies et parviennent, grâce à l’avance des alliés, à faire fuir les Allemands.

* Tour-modèle n°1 type 1811 : construction standardisée, créée en 1811, sous l’égide de Napoléon 1er qui souhaitait remédier à la désorganisation des défenses côtières.

Le saviez-vous ?

Seules trois tours-modèles n°1 sont encore élevées en France ! Il y a la tour Géry, qui a résisté au bombardement américain et arbore un toit troué depuis, le fort Saint-Jean à Châtelaillon et la tour de la presqu’île de Crozon.